Henry Simon Du marais au marais - Rencontres et voyages

Du 10 août au 3 novembre 2010

Lieu : Office de tourisme de Saint Hilaire de Riez, Vendée, France

Dédiée à Henry Simon

Partenaires :

  • Association Les Amis d'Henry Simon

  • Mairie de Paris 4,

  • Ville de Saint-Hilaire-de-Riez,

  • Ville de Saint-Jean-de-Monts,

  • Conseil Général de Vendée.

Thème : «Henry Simon Rencontres et voyages»

Entrée libre payante sauf adhérent à l'association sur présentation de leur carte.

 

Pour le centenaire d'Henry Simon les villes de Saint-Hilaire-de-Riez, de Saint-Jean-de-Monts, de Paris, le conseil Général de Vendée se sont jointent à l'Association Les Amis d'Henry Simon pour la réalisation d'une exposition. Après un mois sur Paris en juillet elle s'est exposée par parties dans les autres villes.

 

Dans l'Histoire de l'Art de la première moitié du XXe siècle, Henry Simon se place dans la lignée des peintres figuratifs les plus talentueux de la culture française tels que Henri Matisse,Albert Marquet, Raoul Dufy ... qui marquèrent à tout jamais la vision classique de notre époque.

 

Le premier peintre vendéen que l'on peut qualifier de moderne, malgré des racines profondes proches du XVIIe siècle (Le Nain), est Charles Milcendeau (1872-1919). Il fut élève du grand atelier parisien de Gustave Moreau de la fin du XIXe siècle où il fut condisciple de Matisse, Rouault, Marquet, Manguin, Camoin. Il représentait parmi d'autres la branche classique de cet atelier.

 

En 1898, naissait aux Sables d'Olonne Jean Launois, fils du sous-préfet. Il apprit à dessiner sous la direction de Charles Milcendeau. De cette rencontre naquit l'esprit de l'oeuvre de Jean Launois marqué par la précision du réalisme, où s'allient liberté, légèreté et oppositions de la couleur et de la forme, inspirés des grands maîtres cités plus haut. Du marais de Saint-jean-de-Monts à Challans, il travailla sur les sujets quotidiens qui le passionnaient avec pour mentor le fameux et truculent père Lainé. Il continua en Indochine et en Algérie, jusqu'à sa mort à Alger en 1942.

 

Henry Simon, né en 1910, est le petit-fils et le fils de ces deux artistes fondateurs de la peinture moderne vendéenne. Il sut dans son oeuvre, allier leurs deux résonances soutenues par une capacité à dessiner avec rapidité sur le papier, les hommes et leur environnement tout en captant les mouvements de leurs attitudes avant qu'ils se déplacent. En un mot, il savait fixer à tout jamais le moment décisif de la vie en engrangeant avec dextérité les événements heureux, malheureux ou cocasses.

 

Il est vrai qu'Henry Simon, parce qu'il aimait les marais et les gens de son pays, sut mieux que tout autre exprimer sur ses toiles leurs vérités.


Le travail de cet artiste, attentif d'une tradition encore récente, offre des facettes multiples :

  • Tout d'abord celle d'un dessinateur de grand talent ouvert à tous les spectacles de la vie ainsi qu'en attestent avec intensité les scènes et les portraits rapportés du stalag de Prusse orientale et avec éclat ceux de son séjour en Algérie.

  • Celle d'un coloriste, expert à rendre les mouvements et les modulations de la lumière, de l'air,de l'eau, éléments souvent inspirés par les paysages marins qu'il fréquenta toute sa vie.

  • Enfin, celle d'un plasticien curieux, exerçant ses capacités dans les techniques aussi diverses que la fresque, la céramique, le vitrail.


Texte de Pierre CHAIGNEAU, conservateur

 

"Ecoute, tu arrives des Beaux-Arts, tu t'es emmerdé là-bas, maintenant viens donc avec moi, on s'emmerdera pas !
Et puis il m'a emmené avec lui dans les bals maraîchins, dans toutes les foires. Pour moi ça a été comme une libération, une véritable libération.
Ce que je cherchais, en fait, c'était à m'exprimer et on s'exprime bien que quand il y a quelque chose qui vous attire violemment et qu'il faut décrire ou chanter .. ."
Le déclic: la visite de Jean Launois (extrait)
'J'aurais été quelque chose dans l'enseignement du dessin en
France, il me semble que j'aurais bien veillé à équilibrer à la fois les
notions classiques de construction de volume et de liberté du tracé
graphique qui est révélateur, l'un de l'équilibre appris et l'autre d'une
liberté totale exprimant vraiment la sensibilité à l'état pur .. ."

Henry Simon par lui-même
Enregistrement de Jacques Baud et Gaston Herbreteau (1986)

 

 

Please reload