Portraits - Festival culturel

Du 3 au 11 juillet 2004

La Chaize Giraud (Vendée) - Salle des expositions, Vendée, France

Exposition de groupe

Association Les Amis d'Henry Simon

Mairie de la Chaize-Giraud 

1000 visiteurs

40 œuvres exposées et 3 céramiques

Presse

  • 12/03/04 : L'écho de la presqu'île

  • 08/03/04 : Ouest-France

Présentation de portraits d'Henry Simon dans une salle d'exposition lors du festival.

 

Animations : dossier pédagogique préparé par le centre culturel Athanor

 

Présentation de l’exposition :

Exposition thématique sur le portrait. Choix du thème inspiré par la salle d'exposition qui est une ancienne habitation rénovée. Une belle fréquentation pour ce festival culturel où Henry Simon était l'invité d'honneur. L'autre invité était Manou Moreau.

 

L'acteur (la voix off de Compagnons de Silence) et écrivain Jean-Louis Cousseau a lu au public présent le jour du vernissage le texte ci-dessous que l'exposition lui a inspiré.

 

De l'humain.

 

De l'humain en veux-tu en voilà. Dans la fleur de l'âge ou à fleur d'être sans âge.

Hommes, femmes, enfants, adolescents, vieillards, nourrissons.

 

De l'humain sous toutes les coutures, de toutes les couleurs.

À grands traits comme à petites touches. Croqué sur le vif ou longuement travaillé.

Toujours crayonné avant d'être peint,

mais toujours haut en couleur, même simplement crayonné.

 

De l'humain à portée de main, d'humain.

 

De l'humain à vue d'œil, à vol d'oiseau. Sans tape à l'œil. Sans effet de manche.

(même Scapin semble avoir renoncé à ses pirouettes...)

 

De l'humain qui s'avoue l'être, humain.

 

Avec, quel que soit le modèle, quel que soit le cadre, quelle que soit l'heure,

Avec, pour trait commun à tous ces portraits

(entre présence et absence entre dedans et dehors entre don et retrait)

quelque chose dans le regard de lointain jusqu'à l'évidence

en même temps que d'étrangement familier,

comme une porte ouverte sur ce mystère que partagent tous les humains

sans parvenir jamais tout à fait à s'en faire part :

 

la solitude centrée, originelle, sacrée, à partir de laquelle se construit tout être vivant,

ni triste ni gaie, ni heureuse ni malheureuse, ni lourde ni légère,

première, simplement, et féconde dès tors qu'elle se voit reconnue.

 

malgré la diversité des techniques employées, malgré la variété des personnalités abordées.

malgré les époques différentes qui ont vu naître toutes ces œuvres,

au-delà aussi de leur criante réussite picturale,

 

c'est là peut-être ce qui constitue la signature d'Henry Simon portraitiste,

sa griffe, si l'on veut, ou mieux, sa patte, avec tout ce que le mot sous-entend de caresses :

 

une compréhension de l'humain qui l'a conduit à ne pas juger, mais à rendre hommage,

 

et un respect de l'autre (mais ce respect n'est-il pas de l'amour?)

qui laisse au modèle l'intégrité de son secret

 

et au spectateur toute sa liberté d'interprétation.

Please reload