Charles Milcendeau...Henry Simon Une œuvre en héritage...

Sous l'impulsion de l'association Les Amis d'Henry Simon, un voyage a été organisé autour de Milcendeau et Henry Simon.

 

Retrouvez le texte de Kristell Gandet réalisé pour l'occasion.

 

 

 

Voyage à l'exposition Milcendeau

L'agence Parenthèse vous propose un voyage en car, le 5 juillet 2012, afin de visiter l'exposition Milcendeau à l'Historial et d'assister à une présentation comparée de l'œuvre de Charles Milcendeau (1872-1919) et d'Henry Simon (1910-1987), considérés comme les premiers peintres modernes de Vendée. L'objectif sera de mettre en évidence l'héritage de Milcendeau dans l'œuvre d'Henry Simon et la part d'invention de ce dernier. D'abord, leurs démarches montrent des sensibilités communes et s'ancrent dans les recherches sur la couleur qui caractérisent l'avant-garde artistique au 20e siècle. Ensuite, les deux peintres se sont attachés à représenter la réalité rurale du marais vendéen. Henry Simon a été influencé par Milcendeau et encouragé par Jean Launois à prendre comme sujet les types populaires et ruraux. Ces thématiques rurales sont à relier à un contexte politique et culturel. Les démarches de Milcendeau et d'Henry Simon s'inscrivent dans une époque marquée par des thèmes comme le retour à la terre, le refus de l'urbanisation, la remise en question de la technologie et leur corollaire politique : mouvement agraire et régionalisme. Les courants régionalistes qui sont nés dans la Bretagne voisine mais également au Pays Basque participent de cet intérêt pour le monde paysan. L'œuvre de Milcendeau est aussi à rattacher à ce mouvement littéraire qui est né et s'est développé dans le marais breton à la suite d'Hervé Bazin et de Jean Yole : romans du terroir, s'attachant à décrire les us et coutumes des maraîchins. Ainsi, les deux artistes ont en commun d'avoir élaboré une peinture qui contribue à la connaissance de la diversité régionale de la France. Enfin, leurs œuvres se rejoignent dans leur appréhension du portrait. Les deux artistes ont travaillé à faire évoluer le genre "portrait" pour lui donner une liberté et une franchise qu'ils avaient peu connues jusque là.

 

Texte de Kristell Grandet

 

 

DATE :
  • 5 juillet 2012

Please reload